Article reproduit avec l'autorisation du quotidien. (Journal La Côte)

Journal "La Côte"

Nyon

Des méduses dans le Léman ( 08/07/2008)

Des méduses ont pris quartier dans le lac. Mais pas de quoi menacer les baigneurs.

Ils ne sont pas nombreux à les avoir vues. Pourtant, elles sont bel et bien là, dans le Léman. En effet, des méduses d'eau douce auraient pris quartier dans les lacs et cours d'eau vaudois. Mais comment expliquer l'arrivée de ce cauchemar des vacanciers des bords de mer dans notre lac?

Cette méduse a été trouvée en 2004 au port du Vieux-Rhône, à Noville, et photographiée dans un laboratoire du Musée cantonal de zoologie de Lausanne par Michel Kraft.

Brigitte Lods-Crozet, hydrobiologiste au Service cantonal des eaux, en explique les raisons: tout d'abord, il faut savoir que c'est très occasionnel. En 2003, lors de l'été caniculaire, ces méduses avaient été vues dans un canal aux abords du lac de Neuchâtel. Comme en 2004 dans le port du Vieux-Rhône, à Noville. On en avait aussi déjà vu au cours des années cinquante-soixante. Ce n'est donc pas un phénomène totalement nouveau.
Il y a-t-il des circonstances qui favorisent leur développement?

Oui, la température de l'eau. La méduse est en fait l'une des phases du développement des polypes, un organisme qui vit sur le fond, dans la zone peu profonde du lac et qui peut bourgeonner quand la température de l'eau atteint 25 degrés. En bourgeonnant, les polypes se transforment en méduses.

Par contre, si nous savons qu'il y a des polypes dans le Léman, il nous est impossible de les quantifier. D'autant qu'ils ne mesures que quelques millimètres.

Les méduses observées ces dernières années ne dépassent pas deux centimètres. Mais pas de panique pour les baigneurs: si les méduses d'eau douce ont le même système de défense que leurs voisines méditerranéennes, à savoir un système de cellules urticantes qui provoque des démangeaisons, elles ne sont ni assez grandes ni assez nombreuses pour créer de véritables dégâts. De plus, la phase méduse des polypes ne dure qu'une dizaine de jours. Avec un pic de prolifération au mois d'août.

Existe-t-il une possibilité de voir les méduses proliférer?

Non, pas vraiment. Et puis, s'il y en avait tant que ça, nous serions au courant, et tout le monde les aurait vues. Pour l'instant, cela reste donc une phénomène très rare.

Et si l'on en croise lors d'une baignade?

Il faut éviter, si possible, de les toucher. Mais, encore une fois, elles sont si petites qu'elles ne feront presque pas de mal.

Rodolphe HAEner

Première apparition: 1880

C’est en Angleterre, en 1880, dans les serres du jardin botanique de Kew, qu’ont été vues les premières méduses d’eau douce, appelée Craspedacusta sowerbyi. Elles auraient été transportées par inadvertance de Chine et se sont répandues sur les cinq continents au cours du XXe siècle. Il existe une quinzaine d’espèces de méduses d’eau douce.

article en pdf